Le mépris de l’autre


J’ai la chance d’avoir dans mon entourage de manière indirecte des gens qui me méprisent car j’ai été dans la précarité. Je vis donc le mépris de l’autre et je trouve cela particulièrement stimulant sur le plan métaphysique car pour supporter nerveusement une telle nocivité, il me faut comprendre cet autre et son mépris. En somme, que je fasse la démarche inverse de cet autre en faisant preuve de compassion envers lui que son mépris enlaidit et abîme tous les jours.

Le mépris de l’autre génère donc de nombreux avantages pour le méprisé. Tout d’abord, de faire fonctionner activement sa compassion qui se révèle bien plus bénéfique en terme de joie de vivre. Le mépris de l’autre permet aussi sur le plan relationnel de s’abstenir de toute séduction réciproque, on ne s’embarrasse pas de faux-semblants, on est nu psychologiquement l’un en face de l’autre. Le méprisant est bien évidemment toujours le plus défaillant car un méprisé averti est toujours dans le DÉTACHEMENT*.

* Le mot en capitale indique le thème du prochain article

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s